L’état de Stress post traumatique :

Deux modes réactionnels évolutifs sont à distinguer :

la réaction aiguë
et l'état de stress post-traumatique qui est une réaction différée.

Réaction aiguë

La symptomatologie est habituellement mixte et fluctuante :

Initialement, la victime se trouve dans un état d'hébétude
puis, des symptômes dépressifs ou anxieux peuvent apparaître,
ou une crise de colère,
un sentiment de désespoir,
une hyperactivité ou un repli sur soi.

Aucun de ces symptômes ne se maintient longtemps au premier plan. Ce mode réactionnel s’estompe habituellement dans les heures qui suivent l’éviction du sujet du facteur traumatisant.

Etat de stress post-traumatique :

Il s’agit d’une réponse différée ou prolongée à une situation traumatique. La symptomatologie consiste en :

une fatigue, des troubles du sommeil, une perte de l’élan vital
anhédonie
des rêves ou des cauchemars
un émoussement affectif avec une réduction significative des contacts sociaux, concernant même les proches
des affections psychosomatiques : troubles digestifs, dermatoses...
sentiment de colère, d’impuissance dans leur travail
conduites d'évitement des situations pouvant réveiller le souvenir du traumatisme.
développement de conduites de dépendance, à l’alcool, aux drogues, aux médicaments, à la nourriture
incapacité accrue à parler des traumatismes vécus, des émotions fortes ressenties
des flash-back à type de reviviscence brutale et incontrôlée de souvenirs sous formes d’images mentales qui s’imposent de manière compulsive et provoquent des ruminations morbides incessantes de l'événement traumatique. Ces réminiscences surviennent n’importe où, n’importe quand, et sont déclenchées par des stimuli, des signaux décryptés inconsciemment dans l’environnement par l’individu.
L'exposition à ces stimuli est susceptible de réactiver soudainement le souvenir ou la reviviscence du traumatisme et peut déclencher

une crise angoisse
une attaque de panique
voire une réaction d’agressivité.

Symptômes d’accompagnement :

une hyperactivité neurovégétative
hypervigilance
insomnie
dépression fréquente
idéation suicidaire associées
Ces trouble pouvant être à l'origine d'un abus d'alcool ou d'une autre substance psychotrope.

Critères diagnostiques du Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT) selon le DSM IV

Critères diagnostiques du Trouble de Stress Post-Traumatique (TSPT)

Le TSPT découle selon le DSM-IV (American Psychiatric Association, 1994) de l'exposition à un événement traumatique qui provoque chez l'individu de la peur, de la détresse ou de l'horreur. Ce trouble se manifeste par une ré-expérience persistante de l'événement traumatique, des comportements d'évitement des stimuli associés au traumatisme, un émoussement de la réactivité générale et un état d'hyperactivité neurovégétative.

A) La personne a été exposée à un événement traumatique au cours duquel les deux critères suivants étaient présents:

  1. la personne a été exposée, témoin ou confrontée à un ou des événements qui ont impliqués la mort ou menace de mort, ou de blessures graves ou une menace à son intégrité physique ou à celle d'autrui;
  2. la réaction de la personne impliquait une peur intense, de la détresse ou de l'horreur.

B) L'événement traumatique est revécu de façon persistante, d'une ou plusieurs des façons suivantes:

  1. souvenirs répétitifs et envahissants de l'événement incluant des images, pensées, perceptions;
  2. rêves répétitifs et pénibles de l'événement;
  3. impression ou agissement soudain comme si l'événement traumatique se reproduisait;
  4. intense détresse psychologique lors de l'exposition à des stimuli internes ou externes ressemblant à un aspect du traumatisme ou symbolisant celui-ci;
  5. réactivité physiologique lors de l'exposition à des stimuli internes ou externes ressemblant à un aspect du traumatisme ou le symbolisant.

C) Évitement persistant des stimuli associés au traumatisme et émoussement de la réactivité générale (non présent avant le trauma) qui s'expriment par trois ou plus des symptômes suivants:

  1. efforts pour éviter les pensées, sentiments ou conversations associés au traumatisme;
  2. efforts pour éviter les activités, endroits ou gens qui éveillent des souvenirs du traumatisme;
  3. incapacité de se rappeler d'un aspect important du traumatisme;
  4. réduction nette de l'intérêt ou de la participation pour des activités de valeur significative;
  5. sentiment de détachement ou de devenir étranger par rapport aux autres;
  6. restriction des affects (ex.: Incapacité de ressentir des sentiments amoureux);
  7. sentiment que l'avenir est 'bouché', que sa vie ne pourra plus se dérouler normalement.

D) La personne présente deux ou plusieurs symptômes persistants traduisant une hyperactivité neurovégétative (ne préexistant pas au traumatisme):

  1. difficultés à s'endormir ou sommeil interrompu;
  2. irritabilité ou accès de colère;
  3. difficultés de concentration;
  4. hypervigilance;
  5. réaction de sursaut exagérée.

E) Les symptômes B, C et D sont présents durant au moins 1 mois.

F) Le problème entraîne une détresse cliniquement significative ou un dysfonctionnement au niveau social, professionnel ou dans un autre domaine de fonctionnement important.

 

retour débriefing

 

 

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler