Soirée autour de la schizophrénie 

avec le Dr Corinne Tessedre-Sauvage, psychiatre …

 

réunion du mercredi 15 octobre 2003
animée par Norbert Steyer
résumé présenté par Jean-Michel Bolzinger

 

Quelques chiffres pour commencer

Prévalence 1 sur 100 de la population mondiale (600.000 cas en France) Sexe ratio 1/1 
mais 2 hommes pour une femme entre 15 et 25 ans 
et 2 femmes pour un homme entre 40 et 45 ans 

Taux de suicide 20 fois supérieur à celui de la population générale.

Compréhension de la maladie : 

Un syndrome physiopathologique plurifactoriel complexe, débutant souvent à l'adolescence ou chez le jeune adulte et évoluant vers une " dissociation " progressive de la personnalité. 
2 catégories de symptômes : 

les s. positifs, productifs : hallucinations, idées délirantes, grande confusion dans la pensée, le discours et l'action 
les s. négatifs, déficitaires : déficit de communication, isolement total par grande difficulté de communication avec autrui. 

En réalité, la pratique montre que les deux pôles sont associés.

Le film : radioschizo

Pendant une heure, la caméra suit une groupe de jeunes schizophrènes belges dans un atelier ayant pour thème " la création d'une radio " Interviewé par un patient, le psychiatre du film explique : 

" La schizophrénie est une forme d'expression d'une souffrance. On peut exprimer cette souffrance sous forme d'angoisses, de dépression ou sous la forme d'une schizophrénie si l'on y est prédisposé "

Un témoignage essentiel

Nous avons eu la chance d'avoir parmi nous une homme d'une grande gentillesse qui a accepté de venir nous livrer son expérience de père d'un jeune homme de 24 ans, étudiant en mathématiques, qui a déclenché une schizophrénie. Il nous raconte la difficulté du diagnostic, le quotidien du vécu familial et sa grande inquiétude face à l'avenir.

Le diagnostic

Subjectif jusqu'à la fin des années soixante 
Objectif depuis les classifications internationales DSM IV et CMI 10 

Les formes sont multiples et peuvent varier notablement d'un individu à l'autre.

une révision s'impose?

Comment se déclare la maladie ?

La maladie se déclare généralement entre 15 et 25 ans (parfois entre 40 et 45 ans). Les premiers symptômes de la schizophrénie se produisent au décours d'événements stressants (entrée et sortie du service militaire, accouchement, début ou fin de cursus scolaire, licenciement…. 

Il se passe environ un an entre les premiers symptômes et la 1° consultation 

et encore 6 mois à un an durant laquelle il y aura plusieurs consultations chez le médecin généraliste ou chez le psychiatre avant la 1° hospitalisation.

CAT devant un premier accès évocateur d'une schizophrénie

suivez ce lien

La prise en charge thérapeutique

Médico sociale

Psychothérapies Psychothérapies de soutien, comportementales, thérapies familiales, psychothérapies institutionnelles visant à procurer au patient une meilleure sécurité interne lui permettant d'engager des relations vécues comme non menaçantes.

Les structures non hospitalières 

Toute une palette de structures progressives et ouvertes sur la communauté. Dispensaires d'hygiène mentale, centre médico-psychothérapeutique, hôpital de nuit, foyer de postcure, appartements communautaires avec un encadrement soignant discret, hôpital de jour, travail en milieu protégé, placements familiaux 

pour en savoir plus sur les différents placements

Médicamenteuse

Les neuroleptiques sont actifs sur la composante productive (délire) grâce à leur action anti hallucinatoire (l'hallucination est le matière première du délire du schizophrène.) 

Ces produits font disparaître les délires, les hallucinations, l'anxiété, l'excitation et l'agressivité mais provoquent souvent des effets secondaires. 

1/3 des cas ne répondent pas aux neuroleptiques de 1° génération sur le long terme. 

Depuis 1998, des nouveaux neuroleptiques (Solian°, Risperdal°, Zyprexa°, Leponex°) revendiquent une action supplémentaire sur la composante déficitaire, ce qui serait nouveau en regard des produits de 1° génération qui " neuroleptisaient " les patients. 

Les patients sont dès lors moins démunis face à leurs sentiments, leurs pensées sont moins confuses et ils ont un meilleur contact avec l'environnement..

Combien de temps ? 

Au moins deux ans à dose efficace après une première expérience délirante. Par la suite, maintien de petites doses, puis fenêtres thérapeutique en guettant les prodromes d'une éventuelle rechute.

Le rôle du généraliste.

Le généraliste intervient en amont et en aval de l'hospitalisation. Il doit rester un repère stable et non ambivalent. Comme chaque intervenant de soin, il doit s'attacher à garder son rôle propre et ne pas se laisser prendre au piège du schizophrène qui introduit la confusion sur les personnes, leurs rôles, leurs interventions dans le temps et qui parasite ainsi toute communication. 

En tant que médecin de famille, somaticien et recours dans l'urgence, le médecin généraliste est le témoin de nombreux moments de la maladie schizophrénique : 

au tout début, lorsque les troubles sont encore peu nets, 
lors des dysfonctionnements familiaux, 
lors des crises ou des décompensations aiguës, 
lorsque le schizophrène refuse son traitement médicamenteux ainsi que toute prise en charge psychiatrique, 
enfin, le généraliste est amené à intervenir comme médiateur par rapport à la famille, ou par rapport au psychiatre car il reste souvent le dernier interlocuteur accepté par le malade. 

À chacun de ces moments la collaboration généraliste / psychiatre gagnerait à être développée.

Le devenir des schizophrènes

La moitié ont du mal à s'insérer socialement 1/3 vivent seuls les autres sont en famille, en foyer ou en institution. 60% des schizophrènes ne seront jamais hospitalisés.

Ils conservent cependant une difficulté de perception adaptée à l'égard de ce qui se passe autour d'eux.

Où va la recherche ?

Des idées générales claires 

La loterie génétique de la schizophrénie 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler