Cyrulnik
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

 

Le généraliste et la métaphore du trois quarts aile.

De la parole comme d'une molécule

Entretiens entre Boris Cyrulnik et Emile Noël

 

présenté par Jean-Michel Bolzinger
22 octobre 2003

Suggestion: D'abord vous lisez cette petite réponse de Boris Cyrulnik, et ensuite vous remplacez "le troisième ligne" par "le généraliste".

Emile Noël : Vous avez joué au rugby ?

Boris Cyrulnik : Oui, j'étais trois quarts aile, trop léger pour être troisième ligne. Voilà. A vingt ans je pesais quatre-vingt-dix kilos, donc j'étais Troisième ligne. 

C'est-à-dire celui qui doit être assez lourd pour jouer avec les bestiaux de devant, assez rapide pour courir derrière les trois quarts et assez habile pour suppléer à l'habileté du demi de mêlée ou de l'arrière. 

Ce qui fait qu'à la fin de la partie, il a mis son nez dans tous les compartiments du jeu, et c'est lui qui sait le mieux ce qui s'est passé. 

Quand il a poussé avec les avants, il est tombé sur des bestiaux de cent-dix kilos alors qu'il n'en pèse que quatre-vingt-dix, quand il a couru avec les trois quarts, il était derrière des gazelles plus rapides, quand il a joué avec le demi de mêlée ou l'arrière, il avait affaire avec des singes plus habiles...

... il a donc été dominé dans tous les compartiments ; n'empêche qu'à la fin c'est lui qui détient l'éventail de connaissances le plus riche.

Emile Noël : Vous voulez dire que le rôle du troisième ligne illustre assez bien une démarche synthétique ?

Boris Cyrulnik : Il me semble. J'en parlais avec un ami indien qui m'a dit: 

"Dans notre culture, nous n'avons pas le rugby mais nous avons les éléphants. Certains prétendent que pour connaître l'éléphant, il faut collectionner les détails. 

D'autres pensent qu'il faut prendre du recul et l'observer dans son ensemble, comme votre troisième ligne d'une certaine façon." 

Cet ami ajoutait : 

"Celui qui a collectionné mille queues d'éléphant, mille trompes, mille défenses est analytique, n'est-ce pas ? 

Eh bien, je crois qu'il ne connaît pas mieux l'éléphant que celui qui d'un seul regard n'en a vu qu'un seul durant sa vie. " 

C'est vrai que notre Occident triomphant a pris le pouvoir par l'analyse et qu'il a un peu perdu la synthèse.

Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik est neuropsychiatre et spécialiste de l'éthologie humaine. Il est directeur d'enseignement à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Toulon

De la parole comme d'une molécule:

En seize petits chapitres et sous forme de dialogue avec Emile Noël, Boris Cyrulnik parle de sa discipline. Il y aborde des aspects variés: hypothèses, méthode, résultats; les interactions langagières et la biologie des interlocuteurs, etc. A la fin, un lexique de 21 termes (p. 124-136) aide à préciser la pensée de l'auteur.

De la parole comme d'une molécule 
Entretiens entre Boris Cyrulnik et Emile Noël
Edition Eshel. Points Essais n°299

Quelques belles phrases :

 Emile Noël

En science, une hypothèse n'est jamais prouvée. On peut juste l'éprouver, mais aucune confirmation ne peut prétendre qu'elle en apporte la preuve définitive. (p.16)

Boris Cyrulnik

Les certitudes ont une fonction tranquillisante. Dès que l'on pose une question quelle qu'elle soit, on introduit le doute, on cesse de réciter, on va voir. Et des tas de surprises nous attendent, y compris dans ce qui a l'apparence du banal. (p. 61)

Lire aussi

http://agora.qc.ca/mot.nsf/Dossiers/Boris_Cyrulnik

 

 

 

 

retour à l'index littérature

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler