Garcia da Orta
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

 

Colloques des simples et des drogues de l'Inde.

Garcia da Orta

 

présenté par Jean-Michel Bolzinger
Metz le 30 août 2004

 

Le personnage dont nous allons parler est médecin, botaniste, philosophe, humaniste et écologiste avant l'heure. Expérimentateur pragmatique, il fait partie de ces élites de la mondialisation ibérique. (1)

Nous sommes dans les années qui vont suivre 1500. Le siècle qui vient de s'achever fut celui de la peste noire, épidémie la plus dévastatrice de tous les temps qui fit des millions de morts en Europe et en Asie (Un quart de la population.) 

François 1° va succéder à Louis XIII, Léonard de Vinci continue à disséquer des cadavres, Michel Servet s'apprête à découvrir la circulation pulmonaire (bien avant Descarte et Harvey), Vésal s'attelle à corriger le erreurs contenues dans les livres de Galien tandis qu'Ambroise Paré se lance en pionnier dans le continent de la chirurgie. On découvre le clystère qui restera un symbole de la médecine de la Renaissance. 

Jacques Cartier va explorer le Canada, Mercator va dresser la première carte du monde, la traite des noirs fait rage (elle concernera 100 millions de personnes dont seuls 10 millions arriveront sur le nouveau continent) Le Portugal qui a initié cette pratique en 1444 voit naître en cette année 1500 une personnalité d'exception: 

Gartia da Orta.

Garcia da Orta voit le jour dans une famille de juifs espagnols (Marranes comme Spinoza un siècle plus tard) qui pour échapper à l'Inquisition, se convertissent au christianisme et se réfugient au Portugal. Il entame des études de physique, de philosophie et de médecine dans les deux universités les plus célèbres d'Espagne, Salamanque et Alcala de Hénarès (patrie de Cervantès). Il étudie la pharmacie médiévale arabe, examine et débat des auteurs grecs, latins, arabes et persans et exerce la médecine pendant cinq ans à Castelo de Vide dans la région d'Alentjo au sud du Tage avant de devenir médecin du roi Jean III. A 34 ans, il s'embarque pour les Indes en tant que médecin de l'amiral des mers de l'Inde Martin Alfonso de Souza avec qui il va voyager pendant quatre ans. En 1538, il s'installe à Goa comme médecin du vice roi et de sa cour.

Pendant 30 ans, il va partager son temps entre la pratique de la médecine au service des humbles et des puissants et à l'étude et à l'observation pragmatique de la pharmacopée végétale et minérale de son temps. Il confronte son savoir à celui des praticiens Indiens, des Maures et des Persans. Il publiera au terme de 25 ans d'études le premier livre de médecine tropicale et de pharmacologie sous le nom de …

Colloque des Simples et des drogues de l'Inde.

Ce livre qui vient de sortir en français dans la collection Actes sud en avril 2004 est tout à fait extraordinaire à plus d'un titre. Il s'ouvre avec une préface de Mario Soares (2) qui sait tout ce qu'il doit à Sylvie et Antonio Ramoz (la traductrice et l'éditeur). Ce livre est présenté sous forme de 58 conversations et se lit comme un long dialogue entre le Dr Ruano un personnage de fiction et Orta. Le premier est venu à Goa pour connaître les drogues médicinales, le second s'engage à lui révéler tout ce qu'il tient pour certain dans ce domaine. Très doué pour les digressions, Garcia da Orta en profite pour parler des pierres précieuses, des mœurs des éléphants, des hôpitaux pour oiseaux, il rapporte l'étendue des navigations chinoises.

Le livre suit l'ordre alphabétique de l'aloès au zédoaire en passant par la première description scientifique du cannabis et de celle du choléra. Disposant d'un jardin et d'un laboratoire, Garcia da Orta ne publie que ce qu'il a constaté lui même. Il ne s'agit pas d'un livre de recettes phytothérapiques mais beaucoup plus d'un travail de botaniste 200 ans avant la taxonomie de Linné ou Lamarck. Un index thématique détaille: 

les maladies étudiées
les animaux, coquillages et insectes
les minéraux, métaux, terres, pierres précieuses
les nourritures et boissons
les plantes et épices
et les religions (Christianisme, Indouisme, Islam et Judaïsme)

Garcia da Orta commit l'erreur de conseiller des onguents et des parfums afin de détendre et de procurer du bien être. Il n'en fallut pas plus pour qu'il soit rattrapé par le tribunal l'Inquisition (3) qui le condamna pour crypto judaïsme. 12 ans après sa mort, l'Inquisition décréta que ses restes soient exhumés, brûlés et jetés dans le fleuve Mandovi.

Ecrit au départ en latin puis traduit en portugais, le texte original du livre majeur de Garcia da Orta fut à nouveau publié 300 ans plus tard par Ficalho en 1891 augmenté d'une volumineuse mise à jour philologique et pharmacologique.

 

Notes:

(1) CF le livre de Serge Gruzinski "Les quatre parties du monde - histoire d'une mondialisation"

(2) Avocat défenseur de nombreux prisonniers politiques, Mario Soares a été arrêté 13 fois par la PIDE la police politique du régime de Salazar dont parle Lobo Antunies , incarcéré pendant près de trois ans pour délit d'opinion, il est même déporté, sans jugement, dans la colonie portugaise de Sao Tome e Principe en 1968, finalement exilé en France en 1970 où il y devient professeur d'université (Sorbonne et université de Vincennes) Après la " Révolution des œillets " du 25 avril 1974 il occupe de nombreuses fonctions politiques et devient premier ministre puis président de la République de 1986 à 1996. Âgé de 80 ans il est toujours parlementaire européen et son travail concerne l'eau, le pain, la paix et la liberté. Joli programme n'est ce pas? 

(3) L'Inquisition est une institution judiciaire, créée au Moyen Âge par la papauté, afin de rechercher, juger et condamner les personnes coupables d'hérésie. L'Inquisition espagnole fut instituée avec l'accord du pape en 1478 à la demande du roi Ferdinand V et de la reine Isabelle. Initialement dévolue au problème des marranes, juifs convertis de force au catholicisme qui continuaient à pratiquer secrètement leur religion, elle se consacra, dès 1502, aux musulmans convertis puis, à partir de 1520, aux personnes suspectées de protestantisme. Elle devint rapidement symbole de la cruauté et de l'obscurantisme, surtout dans les pays protestants, L'Inquisition fut supprimée en Espagne en 1834.

 

 

 

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler