Mauprat
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

 

La promenade en mer

par André Mauprat

présenté par Michel Chillot
octobre 2003

Jard sur mer, août 1997

De la plage du Bouil, j'aperçois au loin les contours de l'île de Ré. Je ne suis jamais allé à l'île de Ré. Mais son nom me paraît familier. Je pense à une chanson de Claude Nougaro (Dans l'île de Ré, Ma belle adorée..) et surtout au roman d'André Mauprat, La Promenade en Mer. 

J'ai lu ce livre à sa sortie en 1989 et il m'a profondément marqué. Il y a des livres que l'on oublie dès que l'on a terminé de les lire, même si leur lecture nous a procuré du plaisir. D'autres livres restent présents en nous pour toujours, ils sont rares mais La Promenade en Mer fait partie de ceux-là. 

Un homme, au seuil de la mort, écrit une longue lettre à sa fille Hélène âgée de 26 ans pour lui faire des révélations sur les années de tourment qu'ils vécurent ensemble. 
La mère d'Hélène s'est suicidée peu de temps après sa naissance. Placée en nourrice jusqu'à l'âge de 10 ans, le retour au domicile paternel sera difficile. A l'adolescence la crise éclatera. 

Dans cette relation très tumultueuse entre un père et sa fille, seule leur passion commune pour la mer et les opéras de Mozart 

c'était ce soir-là que pour la première fois, n'est-ce pas? nous avions écouté ensemble, d'un bout à l'autre, un opéra de Mozart, cette Flûte Enchantée ....

leur procurera la félicité. Le père achète une maison à l'île de Ré et acquiert un dériveur, un quatre mètres vingt. 

L'auteur décrit magnifiquement leurs sorties en mer. Tout lecteur qui se sera essayé à la pratique de la voile sera ému en lisant ces lignes. 

Suspendue entre le ciel et l'eau, rayant l'azur d'une diagonale de chair, ne touchant plus aux choses que de la pointe du pied sur le liston et du mince fil d'acier qui te rattache au mât, tu creuses encore tes reins et étends tes bras en arrière comme si, d'un dernier élancement, tu voulais tout à fait quitter le monde, te délivrer de la pesanteur, te perdre dans la lumière et le vent. Et les jambes écartées, les bras en croix, la face basculée contre le ciel, les paupières closes, dans cette pose à la fois tendue et abandonnée, ardente et livrée, tu semblais goûter une félicité prodigieuse

Hélène connaît une passion tragique avec un garçon sans scrupule. Après le drame (le citer enlèverait du plaisir à ceux qui voudrait lire ce livre) son père, professeur d'histoire, accepte un poste aux USA, à l'université de Yale puis à Cambridge en Angleterre. Hélène l'avise par courrier de ses fiançailles et de son mariage avec Vincent, avocat stagiaire. 

Apprenant qu'il est atteint d'une maladie incurable, il décide de revoir sa fille une dernière fois. Il trouvera une femme de 26 ans, épanouie et mère d'une petite fille. 

Cette femme épanouie, cette femme posément radieuse dont tu dressais devant moi la brisante splendeur, elle affirmait simplement que n'était plus, que ne serait plus jamais celle que tu fus, dont peut-être déjà à peine tu te souviens, et qui si violemment, si lancinement me tourmenta: la fille maigre à force d'être mince, transparente à force d'être pâle, et dont les yeux consumait la face -l'adolescente, puis la femme aux gestes trop abruptes, aux humeurs trop imprévisibles, aux élans trop tendus, aux passions trop murées, qui m'est toujours restée plus mystérieuse qu'une étrangère et dont, durant tant d'années, j'ai tant redouté.

La Promenade en Mer par André Mauprat 
791 pages Editions La Manufacture

André Mauprat est psychiatre au centre hospitalier spécialisé de Charleville dans les Ardennes. Il a publié en 1986 sous son vrai nom, André Jeannot, un essai sur Balzac (Honoré Balzac, le forçat de la gloire) préfacé par Félicien Marceau de l'académie française. 

Ce livre fut distribué par les laboratoires Ciba-Geigy et n'est pas disponible dans le commerce. J'avais entendu à la radio une interview de Félicien Marceau à propos de ce livre qui s'offusquait qu'un livre de cette qualité ne soit disponible qu'aux seuls médecins, incapables d'en apprécier les qualités, par l'intermédiaire de la visite médicale! Je ne sais pas si André Jeannot a écrit depuis d'autres livres.

 

 

retour à l'index littérature

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler