J.A.Miller &J.C.Milner
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

 

Voulez-vous être évalué?

Essai 

de Jacques-Alain Miller & Jean-Claude Milner

 

présenté par Jean-Michel Bolzinger
30.05.2004

 

Plus aucun d’entre nous n’ignore l’existence de l’ANAES: Agence nationale d'accréditation et d'évaluation en santé. Nous savons que de nombreuses pratiques sont déjà évaluées, que des hôpitaux sont en cours d’accréditation, et que très bientôt ce sera le tour de nos pratiques individuelles. Tout ceci s’est mis en place au jour le jour sur la base du volontariat et de la bonne volonté de certains d’entre nous mais peut être s’est-on peu interrogé sur la philosophie qui sous-tend ce dispositif ?

Deux personnalités de renom Jean-Claude Milner et Jacques-Alain Miller se sont intéressés à cette question et vous n’allez pas être déçus. Faisons une présentation rapide des auteurs :

Jean-Claude Milner est un philosophe universitaire récemment retraité. Ancien Président du Collège international de philosophie, il était professeur de linguistique à l'Université Paris VII et Président du conseil scientifique de l'Université Paris VII.

 

Jacques-Alain Miller, est gendre de Jacques Lacan. Il est l'éditeur des fameux Séminaires et occupe, en tant qu'analyste, une place centrale dans le champ freudien.

Tout ce travail de réflexion est parti d’un amendement déposé par Bernard Accoyer, député de Haute Savoie, lors de la première lecture, à l'Assemblée Nationale, de la loi concernant la santé publique. Cet amendement vise à encadrer les professions dites 'psy', en soumettant leurs praticiens à une évaluation, largement dominée par les psychiatres.

Les deux intervenants, J.C. Milner et J.A. Miller, partagent une certitude: Derrière cet amendement, d'apparence médiocre, une grande affaire est engagée… qui débouche sur la conception générale de ce que peut et doit être une société moderne et engagée.

Le raisonnement démarre par le rappel que l’évaluation est indissociable du couple problème/solution.

Tout commence par l’axiome selon lequel il existe un problème.

La solution au problème va consister à remplacer quelque chose qui fait problème par quelque chose qui ne fait plus problème selon une substitution par équivalence. Et cette substitution passe par l’évaluation.

Dès qu’il y a évaluation il y a contrat et inversement, dès qu’il y a contrat, il y a évaluation.

L’évaluation se fait a posteriori mais aussi a priori (accréditation).

Et là, ça devient très intéressant car ils expliquent que notre société française est en train de passer d’un modèle démocratique fondé sur la loi, à un modèle démocratique fondé sur le contrat et ce n'est plus du tout la même chose. La tradition légiste c’est la version héritée, le dispositif du contrat, c’est très clairement le système américain.

La différence entre loi et contrat ? La loi permet ce qu’elle n’interdit pas expressément, elle fonctionne autant par son silence que par ce qu’elle dit. Dans le contrat, seul compte ce qui est expressément stipulé, le reste ne compte pas, le silence ne fonctionne pas.

Vous vous doutez bien qu’on ne passe pas d’un dispositif à l’autre du jour au lendemain. Il y a des transactions et le dispositif français est un système hybride avec un acteur qui fait l’interface : le haut fonctionnaire. C’est lui qui fait remplir une double tonne de paperasses afin de faire fonctionner les deux systèmes simultanément.

Puis ils développent un point qui va vous plaire. Ils avancent que toutes les grandes doctrines économiques ont posé un 'en plus' qui excède toute forme de contrat, c’est 'la plus value', pas une valeur en plus mais un 'plus de valeur'. Quand un patient sort de notre cabinet avec une ordonnance, il y a quelque chose en plus qu’une réponse à une question, qu’un traitement en réponse à une maladie. Et cet 'excès' résiste à toute substitution par équivalence.

Or le dispositif mis en place postule que tout peut être objet d’évaluation, qu’il n’y a pas d’insubstituable.

Alors, et là c’est remarquable, ils se mettent à tout discuter et pour cela, remontent au tout début

Il y a un problème? 
qui le dit ? 
doit-on entériner que " ceci est un problème " ?

JAM rappelle le mot superbe du docteur Henri Queuille, corrézien et ancien président du Conseil :

" Il n’est pas de problème qu’une 'absence' de solution ne puisse résoudre ".

Et puis on peut toujours dire comme Magritte, même contre toute vraisemblance 

"Ceci n’est pas un problème"

Mais admettons qu’il y ait problème, poursuivent-ils, et bien la première solution à envisager est de ne pas le résoudre. Le problème devient alors la solution du problème. La solution, c’est la non solution.

Et ils rappellent la formule de De Gaulle : 

"On ne résout pas un problème, on l’entretient".

Ne racontons pas tout le livre que vous aurez plaisir à découvrir car Jacques-Alain Miller & Jean-Claude Milner font partie de ces auteurs qui donnent à penser bien au delà de leur dernier mot. 

Montaigne a écrit qu'un livre est fait d'un auteur et d'un lecteur qui enrichit l'œuvre. 

"Le lecteur découvre souvent dans les écrits d'autrui des perfections autres que celles que l'auteur y a mises et aperçues et y prête des sens et des visages plus riches" 
( Michel de Montaigne, Essais, livre I, chapitre XXIV )

 

 

Voulez-vous être évalué? 
Essai.
Jacques-Alain Miller & Jean-Claude Milner
Coll. Figures - Grasset& Fasquelle éditeurs
mai 2004

 

 

retour à l'index littérature

 

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler