Nobecourt
Précédente ] Accueil ] Remonter ] Suivante ]

 

La Démangeaison

de Lorette Nobécourt roman

 

 

présenté par Michel Chillot

 

La Démangeaison est le monologue d’une jeune fille, Irène, atteinte d’un psoriasis dévastateur dès son enfance. Ce livre n’est pas un simple exercice de style de la part de Lorette Nobécourt. Dès les premières pages, le lecteur s’identifie à l’héroïne. La vie débute mal pour Irène: 

"Et voilà, je suis née paralysée. A demi. Pour moitié. C’est la médecine qui a omis de me retourner comme il faut". 

La maladie cutanée ne tarde pas à apparaître, 

"il me fallut moins de six mois pour voir surgir un psoriasis monumental, preuve de mon infamie et de ma différence". 

Le prurit suivra: 

"je me suis grattée absolument, et je peux affirmer ici que celui qui n’a pas connu la démangeaison ininterrompue sait bien peu de l’enfer". 

Un sentiment de culpabilité se développera: 

"Fallait-il donc que je fusse coupable dès le début pour être privée à ce point de toutes les tendresses exquises de l’enfance, de ces caresses douces et joyeuses que les mères délivrent à leur progéniture".

Elle sera traînée chez le psychiatre, 

"je dessine de petites figurines qui diront tout de mes membranes atteintes dans le cerveau". 

Elle connaîtra le pensionnat et découvrira 

"qu’à l’affreuse bonté familiale et meurtrière se substituerait la méchanceté gratuite" 

des ses camarades. La vie deviendra un calvaire: 

"il m’était impossible de suivre une heure de cours d’affilée tant le prurigo me harcelait, et je quittais plusieurs fois par jour la salle de classe afin de me réfugier dans les toilettes où je me déshabillais en hâte pour m’arracher la peau. Des milliers de squames parsemaient alors la cuvette et c’est avec moquerie que mes petits camarades, passant après moi, hurlaient: 'Il a encore neigé ici, Caïman est passé par là' ".

Irène ne connaîtra le repos qu’en fréquentant la bibliothèque et en écoutant de la musique de Bach, 

"si léger, si gai, Bach emplissait la pièce de sa musique inoubliable".

Elle trouvera refuge dans l’écriture, "la chair devenait verbe", qui se nourrira de sa chair, 

"le texte, le texte de ma peau éclatait en plein cœur de la page".

Elle quittera le pensionnat pour une petite chambre. Elle s’adonnera à la boisson, 

"alors je buvais le vin et je fracassais par terre ce qui devenait peut-être mon crane".

Une courte trêve avec "la joie réelle mais combien surprenante de me sentir identique aux autres". Puis le retour d’ "une affreuse petit démangeaison" annonçant la rechute, 

"je me ruai sur moi-même, plantant un à un mes dix ongles dans mes joues, grattant jusqu’à l’épuisement". 

Lorette Nobécourt nous décrit avec force et horreur les ravages de ce prurit indomptable sur le corps d’Irène. Sa vie se limitera à la démangeaison. Elle ne vivra que pour elle., 

"Sur la moquette râpeuse, ou nue, face à la grande glace de la salle de bains, j’écorchais mon squelette, je rendais ma carnation plus profonde encore, je faisais sortir les chairs brûlantes, je mettais à vif toutes les muqueuses, je déchirais lentement, avec précision, l’enveloppe de mon corps, j’atteignais des nudités extrêmes".

Irène se perdra dans "la nuit mauve, à Pigalle". Elle entrera 

"dans les peep-shows regarder la peau lisse des filles". 

Elle rencontrera un garçon Rodolphe, "jeune homme aux yeux verts" au hasard d’une sortie nocturne. Ils se verront régulièrement. Ils parleront peu, Rodolphe ne dira rien de ses plaques, ils feront l’amour. Lorette Nobécourt écrit une scène hallucinante entre eux, fusion entre jeux sexuels et l plaisir douloureux engendré par le grattage de sa peau par Rodolphe: 

"il opérait dans mes chairs profondes, m’amputait de mes squames, travaillait mes bouffissures toutes en érections glorieuses, mes plaies, mon étoffe désarmée, déchiquetée de plaisir et joie".

Bien sûr, tout cela finira mal. Une fois le livre terminé, nous ne regarderons plus jamais de la même façon un ou patiente qui se présentera à notre consultation pour des maladies étendues de peau génératrices de prurit intense.

 

 

La démangeaison 
Lorette Nobécourt 
roman collection de Poche J’ai Lu n°4906

retour à l'index littérature

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler