Albert Schweitzer
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

A l’orée de la forêt vierge

Par Albert Schweitzer

Présenté par Jean-Michel Bolzinger
29 février 2004

 

Albert Schweitzer, (1875-1965) était médecin, philosophe, théologien protestant, musicologue, et en 1953 prix Nobel de la paix (...et grand oncle de Jean-Paul Sartre).

En 1913, il part à Lambaréné, en Afrique-Équatoriale française (aujourd'hui au Gabon), comme médecin missionnaire et fonde un hôpital où dès la première année, il soigne 2000 patients.

Le livre " A l’orée de la forêt vierge " concerne la période 1913 à 1923 et présente de nombreux pôles d’intérêts. Il ne sera question ici que de la façon dont ce médecin traitait la pathologie tropicale avant l’avènement des moyens modernes dont nous disposons aujourd’hui. Le livre d’Albert Schweitzer est très intéressant de ce point de vue car il est précis, donne les compositions des médicaments qu’il utilise, les dosages, les techniques d’administration et les résultats. Voici ce qu’on peut trouver (mais répétons le, parmi une foule d’autres thèmes par ailleurs très intéressants) dans ce recueil de notes de travail.

Les maladies les plus fréquentes sont : les ulcères de différentes espèces, le paludisme, la maladie du sommeil, la lèpre, l’éléphantiasis, des affections cardiaques, des ostéomyélites et la dysenterie amibienne. (55)

Les médicaments utilisés : quinine, antipyrine, bromure de potassium, salol, dermatol (sous-gallate de bismuth), digitaline, émétine, arsenic, solution de Milian...

La gale

Le traitement de la gale est fort simple : le malade se baigne dans le fleuve, puis il est enduit sur tout le corps avec une pommade que je prépare au moyen de fleur de soufre, d’huile de palme brute, de restes d’huile provenant de boîtes de sardines et de savon vert. En outre je lui mets une provision dans une boîte de fer-blanc qui a contenu du lait stérilisé. Le malade s’en enduira lui-même deux fois, quand il sera rentré chez lui. Le résultat est excellent. (55)

La pathologie cardiaque

Avec quels gestes éloquents, une vieille femme, malade du cœur décrit comment la digitale lui a permis de retrouver le souffle et le sommeil. (57) Je suis toujours surpris du grand nombre d’affections cardiaques… je me dis que la digitale est quelque chose de vraiment merveilleux. Je l’administre en doses d’un dixième de milligramme de digitaline Nativelle. Je suis très satisfait des résultats obtenus avec cette méthode. (66)

Le tabac

Je ne me serais pas attendu à devoir traiter ici des intoxications chroniques dues à la nicotine. Au début je ne savais pas à quelle cause attribuer des cas de constipation grave accompagnée de troubles nerveux et que tous les purgatifs ne faisaient qu’empirer…En quelques semaines j’appris à connaître les maladies causées par la nicotine. Le tabac arrive ici en feuilles. Tous les petits services se paient en feuilles de tabac…ce tabac est beaucoup plus violent que celui dont les blancs font usage….Les indigènes souffrent beaucoup d’insomnie et fument toute la nuit pour s’étourdir. (75)

Les insolations :

Notre grand ennemi en Afrique, c’est le soleil…Il est démontré que l’insolation est surtout dangereuse pour les personnes infectées de paludisme… Je leur administre par injection hypodermique 300 cc de chlorure de sodium à 7 p.1000 stérilisée. (81)

La trypanosomiase.

Le mal commence par des accès de fièvre irréguliers, tantôt plus forts, tantôt plus faibles pendant plusieurs mois sans que le sujet se sente vraiment malade… Mais on éprouve ordinairement de violents maux de tête pendant la période fébrile. Une insomnie torturante précède souvent la phase du sommeil. (105)

L’Atoxyl seul remède connu jusqu’ici contre la maladie du sommeil, ne déploie que dans le sang des effets à peu près sûrs ; dans le LCR, les trypanosomes sont plus ou moins à l’abri de son action. L’Atoxyl contient 29% d’arsenic.

Les ulcères.

Un quart des enfants de l‘école ont constamment des ulcères. (113)

bulletCertains proviennent de la puce chique des sables,
bulletd’autres sont causés par le pian (qu’il traite par Novarsénobenzol en IV en remplacement du traitement antérieur : 4g. d’iodure de K dissous dans de l’eau et tamponnement des ulcères avec une solution aqueuse de CuSO4),
bulletmais les pires sont les ulcères phagédéniques qui dégagent une puanteur repoussante et provoquent des douleurs atroces. (traitement par curetage jusqu’aux tissus sains, puis KMnO4 puis soins d’ulcères pendant des mois.)

Pour le traitement des plaies suppurantes, j’utilise avec grand profit le violet de méthyle (appelé aussi violet de gentiane) pur. C’est au Dr Stilling Professeur d’ophtalmologie à Strasbourg que revient le mérite d’avoir fait des expériences décisives sur le pouvoir désinfectant de cette matière colorante à l’état concentré.

La lèpre.

Le seul médicament dont on dispose est l’huile de Chaulmoogra qui s’extrait des semences d’un arbre des indes. Je mélange ce médicament dont le goût est très désagréable, avec de l’huile de sésame qui le rend plus aisé à supporter. On préconise aussi depuis quelques temps d’administrer l’huile de Chaulmoogra en injections IM. (lire aussi)

Il faudra attendre1941 pour voir apparaître la première sulfone puis les années 1962/63 pour voir apparaître les nouveaux agents Clofazimine et Rifampicine.

Le paludisme.

Un produit à base d’arsénic, l’Arrhénal, utilisé en même temps que la quinine, a la propriété d’en renforcer considérablement les effets. Je l’utilise beaucoup en injections sous cutanées, chez les malades blancs comme chez les noirs. (116)

La dysenterie amibienne.

Depuis quelques années, on se sert du principe actif tiré de l’Ipéca, c'est-à-dire du chlorhydrate d’émétine. Injecté sous la peau plusieurs jours de suite en solution à 1% à la dose de 6 à 8 cc par jour, il produit aussitôt une amélioration et habituellement une guérison durable. Les effets de ce traitement tiennent du miracle (116)

L’alcool

Presque tout l’argent qui arrive dans le pays par le commerce des bois se transforme en eau de vie. (42) L’importation d’alcool est un sérieux danger social. Les sommes que rapportent annuellement les droits d’entrée sont l’une des plus fortes recettes de la colonie. Si ce revenu était supprimé, le budget se solderait par un déficit. (153)

Toutes ces thérapeutiques paraissent aujourd'hui obsolètes voire dangereuses. Pourtant l'iodure de potassium refait son apparition dans les pharmacies jouxtant les centrales nucléaires et l'arsenic sous sa forme tri oxydée revient en force dans le traitement des leucémies aiguës promyélocytaires. Autres temps, autres indications.  

Rappelons nous l'histoire de l'eflornithine ce produit hautement efficace dans la trypanosomiase dont la fabrication a failli être définitivement arrêtée en raison d'un manque de rentabilité. Fort heureusement les propriétés dépilatoires de cette molécule ont permis de commercialiser une crème permettant aux américaines de se débarrasser des poils disgracieux de leur visage et de subventionner sans le savoir la thérapeutique de la maladie du sommeil dans le tiers monde. Il en est de même pour l'ivermectine, commercialisée dans nos pays comme scabicide et qui permet de d'amortir la thérapeutique de l'onchocercose. 

Et toujours sans grand moyens, des médecins font des prouesses à l'autre bout du monde, au service de populations démunies.

Un seul médecin, même avec de très modestes ressources, a une grande valeur pour une quantité de malheureux… La quinine et l’arsénic contre le paludisme, le novarsénobenzol contre les maladies qui provoquent les ulcères, l’émétine contre la dysenterie, les moyens et les connaissances dont le médecin dispose pour opérer d’urgence, voilà qui lui donne le pouvoir de délivrer de la souffrance et de la mort, en une année, des centaines d’êtres humains qui sans lui seraient abandonnés à leur triste sort. (215)

On aurait pourtant peine à imaginer que ce personnage attachant n’ait pas eu comme chacun d’entre nous, quelques côtés moins sympathiques et ce, quand bien même ses biographes les eussent habilement gommés. Un excellent film a été réalisé en 1994 par le camerounais Bassek Ba Kobhio: "Le grand blanc de Lambaréné".

Le Grand Blanc, est évidemment Albert Schweitzer qui dans les années 50 était un homme adulé. Ce film retrace les 30 dernières années de sa vie mais observées cette fois du côté noir. On y voit fonctionner tout le monde colonial et ses conséquences, incarné ici par cette forte personnalité. On suit Koumba, un jeune camerounais doué, on découvre un Albert Schweitzer par moments colérique, qui ne conçoit pas un seul instant que ce jeune ait l’audace d’imaginer entreprendre des études de médecine puis de rivaliser un jour peut être avec le grand docteur blanc. C'est pourtant Koumba qu'Albert Schweitzer chargera d'organiser ses funérailles. Le film se termine sur cette phrase

Tout ce que nous pouvons, c'est laisser les autres nous deviner comme nous les devinons. (Albert Schweitzer)

Ici aussi, autres temps autres mœurs. Mais qui aurions nous été à cette même époque ?

Terminons en méditant cette suggestion d’Albert Schweitzer:

Que chacun s’efforce dans le milieu où il se trouve de témoigner à d’autres une véritable humanité. C’est de cela que dépend l’avenir de ce monde. 
(Ma vie et ma pensée Albin Michel ed. p104)

 

Liens :

bulletLe site de Christian Huber (né en 1958 à Mulhouse, ancien interne du C.H.U. de Strasbourg, médecin des hôpitaux du C.H. de Mulhouse; pédiatre.) accorde une large place à la pratique médicale d’A.S.
 
bulletLe site officiel de l’AISL (Association Internationale de l'œuvre du docteur Albert Schweitzer de Lambaréné) dont le but est de diffuser la pensée d'Albert Schweitzer et de faire connaître au gens son éthique du "Respect de la vie".
 
bulletUne biographie personnelle d’Albert Schweitzer sur le site de sa commune de naissance Gunsbach dans le coin de Mulhouse.
 
bulletsa maison etc... le sentier A.S. Si vous devenez célèbre, prévoyez déjà l’itinéraire de votre sentier
 
bulletet puis conservez votre vieux sthéto, votre vieux casque colonial etc… cela fera une jolie exposition comme au centre culturel Albert Schweitzer Kaysersberg, en haut de la côte à gauche.
 
bulletet bien sûr l’excellent site de Jean-Yves Gourdol
 
bulletLe Docteur Schweitzer et son hôpital à Lambaréné. L'envers d'un mythe
Livre d'André Audoynaud aux éditions L'Harmattan nov.2005

Quarante ans après la mort, le 4 septembre 1965, du docteur Albert Schweitzer, médecin à Lambaréné de 1913 à 1965, sa vie reste un peu une légende. Le Prix Nobel qui lui fut décerné en 1953 lui valut une renommée internationale.
- Pour les uns,il était le “Saint de la jungle”, le “Grand Docteur”, le “Chirurgien héroïque”, le “premier humanitaire”, le “plus grand homme du monde”, et son hôpital était qualifié de “véritable Éden”,“d'endroit où les médecins sont meilleurs que partout ailleurs” et de “phare pour tous les hôpitaux du monde”.
- Pour d'autres, ses détracteurs, il était un “époux mufle et égoïste”, un “père indigne”, un “colonialiste charitable”, un “conservateur refusant le progrès”, et son hôpital qualifié de “bidonville”.
L'auteur, qui a vécu trois ans à côté du docteur Schweitzer, mais comme Médecin-chef de l'Hôpital civil, et qui l'a connu de près, apporte son témoignage vécu. En même temps, il réhabilite l'oeuvre méconnue des médecins militaires français.

 

 

 

bulletA l’orée de la forêt vierge 
Par Albert Schweitzer
Albin Michel ed. 216 p.
ou
Rombaldi ed. 254 p.
collection "Le club de la femme".

 

retour à l'index littérature

 

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler
Sauf mention contraire, ce document est la propriété exclusive de son auteur
 et ne peut être en aucun cas diffusé sur quelque support que ce soit
 (web, messagerie électronique, papier, etc.) sans autorisation préalable.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel.