Musset
Précédente Accueil Remonter Suivante

 

Le signe de Musset

 


Le signe de Musset entre dans le cadre des signes périphériques de l'Insuffisance Aortique. Il correspond à l'hyperpulsatilité artérielle bien visible sur les axes carotidiens ou par l'oscillation spontanée de la tête ou d'un segment de membre.

Ce signe peut aussi s'observer dans l'anévrisme de la crosse aortique et dans le goitre exophtalmique

Alfred de Musset aurait le premier, noté ce signe sur lui même (il souffrait semble t'il d'une I.Ao post syphilitique).

 

   

Pourquoi mon cœur bat-il si vite?
Qu'ai-je donc en moi qui s'agite
Dont je me sens épouvanté?
Ne frappe-t-on pas à ma porte?
Pourquoi ma lampe à demi morte
M'éblouit-elle de clarté?
Dieu puissant!tout mon corps frissonne.
Qui vient? qui m'appelle? Personne.
Je suis seul; c'est l'heure qui sonne;
O solitude! ô pauvreté!
 

 

 

 

 


Alfred de Musset
Poésies nouvelles
La Nuit de mai

La description de l'Insuffisance Aortique a permis à de nombreux médecins de faire passer leur nom à la postérité:

Le signe de Hill,

la PAS mesurée à la jambe dépasse de 20 mm de Hg la PAS mesurée au bras

Le pouls bondissant de Corrigan

abrupt et ample, qui ressemble au relâchement brutal d'un ressort qui aurait été préalablement compressé

Le signe de Muller

qui correspond à une pulsation de la luette pendant la systole. Ce signe est rare et s'observe dans les insuffisances aortiques  d'apparition soudaine ou au contraire très avancées.

Le pouls capillaire de Quincke

est quelquefois présent au cours de l'Insuffisance aortique, il apparaît lorsqu'on applique un verre sur les lèvres du patient.
On le rapproche du pouls unguéal qui correspond à une alternance de rougeur-pâleur de la matrice de l'ongle lorsqu'on appuie sur celle ci.
Dans le même registre l'hippus pupillaire (par référence au galop d'un cheval) est une modification ryhtmique du diamètre de la pupille (dilatation en diastole, contraction en systole)

Le double souffle intermittent (crural)de Duroziez

(plus connu pour sa fameuse onomatopée rouf pan ta ta du rétrécissement mitral). La pression assez forte du pavillon du stéthoscope sur l'artère fémorale au niveau du triangle de Scarpa permet d'entendre un souffle diastolique de tonalité élevée, débutant immédiatement après le B2. On peut sensibiliser ce signe en demandant au patient de s'asseoir et d'expirer profondément. Ce souffle irradie en haut vers le bord gauche du sternum.

Le souffle d'Austin-Flint

ou « murmure de Flint » ou « roulement » de Flint, il s'agit d'un souffle diastolique entendu à l'apex toujours dans le cadre de certaines I.Ao. qui correspond au Roulement diastolique de la valve mitrale (s'il n'existe pas de RM associé). S'entend mieux si le patient est assis penché en avant, en expiration bloquée

Un tableau synoptique des souffles figure sur le site IFR48

JMB 14.10.2007

retour index séméiologie

 

plan du site AMMPPU

accueil AMMPPU

AMMPPU
6 Quai Paul Wiltzer 57000 METZ
Tél : 03 87 31 98 98
Fax 03 87 32 07 14
email:
ammppu@wanadoo.fr

webmaster

un lien rompu? un oubli? une erreur? une coquille? pensez à le signaler
Sauf mention contraire, ce document est la propriété exclusive de son auteur
 et ne peut être en aucun cas diffusé sur quelque support que ce soit
 (web, messagerie électronique, papier, etc.) sans autorisation préalable.
La reproduction comme l'impression en sont réservées à un usage personnel.